Quelle conduite tenir dans le contexte sanitaire actuel lorsque l’on souffre d’endométriose ?

 

Puis-je prendre des anti-inflammatoires ?

Monsieur Veran Ministre de la santé a annoncé qu’il faut arrêter tout traitement anti-inflammatoire en cas de symptôme évoquant le Coronavirus : toux, fièvre, diarrhée. Selon la presse spécialisée médicale, en l’absence de symptômes, il n’y a pas de raison particulière à arrêter un traitement antalgique.

 

Suis-je plus vulnérable au coronavirus si j’ai une endométriose ?

Par personne vulnérable, le ministère de la santé entend vulnérabilité par rapport aux virus. Voici ci-dessous la liste des personnes présentant des fragilités (source Ameli.fr/les ARS).
De ce fait, l’endométriose en tant que telle ne fait pas de nous une personne fragile au sens du virus qui entraine une détresse respiratoire.
Les personnes souffrant d’endométriose diaphragmatique et qui font des pneumothorax liés à l’endométriose seraient donc des personnes vulnérables au sens défini par le Ministère.

Bien que beaucoup de femmes atteintes d’endométriose soient en ALD, il semblerait que l’endométriose, qui rappelons-le est une affection hors liste initiale de la sécurité sociale, n’entre pas dans la liste des vulnérabilités indiquées par le Ministère.

L’endométriose est certes une maladie inflammatoire, mais pas au sens indiqué dans la liste ci-dessous : elle ne nécessite pas un traitement avec des immusuppresseurs comme les myopathies, les spondylarthrites etc.

Si vous cumulez une endométriose et une maladie nécessitant un traitement avec immunosuppresseurs alors oui, vous êtes vulnérable. Si non, vous ne l’êtes pas a priori, au sens décrit par le Ministère.

 

Continuez à prendre les précautions d’usage pour lutter contre la prolifération du virus.

 

Liste des personnes présentant des fragilités face au covid-19