Skip to content

La dyspareunie : douleurs lors des rapports sexuels

Dyspareunie : désigne les douleurs ressenties pendant et après les rapports sexuels.

Dans le cadre d’une endométriose, on parle souvent de dyspareunie profonde (douleur ressentie au niveau du bas ventre secondaire au contact entre la verge et le fond du vagin). Les dyspareunies témoignent de lésions situées près du vagin et au niveau de la cloison recto-vaginale, mais elles peuvent être également le résultat de l’inflammation qui accompagne une endométriose superficielle localisée en regard du fond vaginal, ou celui d’une adénomyose sévère. Ce symptôme est fréquemment rencontré dans l’endométriose.

C’est dans la sphère de l’intimité que de nombreux symptômes pouvant orienter vers une endométriose peuvent être observés. C’est notamment le cas des rapports sexuels douloureux, aussi appelés dyspareunies*.

D’une simple gêne à l’impossibilité d’avoir des rapports sexuels

La jeune femme éprouvant des dyspareunies se verra souvent confrontée à la solitude de son syndrome, aggravée par le manque de considération fréquent du monde médical. Aussi ce symptôme retrouvé très fréquemment dans l’endométriose sera longtemps non avoué, participant sans doute au retard diagnostique de cette pathologie. Bien souvent associées à d’autres plaintes, les dyspareunies peuvent être variables, d’une simple gêne à une impossibilité d’avoir des relations sexuelles. Elles peuvent débuter dès les premiers rapports ou apparaitre bien plus tard dans la vie de la femme. En cas de dégradation majeure de la qualité de vie, ce handicap peut-être à l’origine d’une infertilité.

Avec les règles douloureuses, les rapports sexuels douloureux doivent aiguiller le médecin vers la recherche d’une endométriose par un examen clinique soigneux, cherchant à reproduire cette douleur de façon fugace.

Cette recherche minutieuse d’une endométriose le plus souvent du fond vaginal et/ou utérin permettra d’orienter le radiologue pour affiner la localisation d’une probable lésion. Dans cette situation, la plainte évoquée par la patiente, le symptôme recherché par le médecin devra aboutir à des investigations permettant de s’orienter fortement ou non vers une endométriose. 

Extrait de « Lendométriose, cest juste des douleurs de règles » par le Dr Jean-Philippe Estrade
dans 
« Les idées reçues contre lendométriose » paru en janvier 2018.

Les autre symptômes (signes digestifs, urinaires, douleurs pelviennes…) seront également à prendre en compte.

Oser en parler

La dyspareunie constitue un des symptômes permettant le diagnostic de l’endométriose. C’est pourquoi il est important d’en parler au médecin en consultation.

Souvent, parce qu’elle craint d’avoir mal, la femme se contracte inconsciemment, rendant impossible toute pénétration. Un médecin peu attentif pourrait diagnostiquer un « vaginisme » (contraction musculaire prolongée ou récurrente des muscles du plancher pelvien qui entourent l’ouverture du vagin) et qualifier cette douleur de « psychologique »… Sans chercher à comprendre que la douleur dite « balistique » vient du fait que dans certaines positions, la verge appuie sur un nodule d’endométriose profonde.

Pour ne pas abîmer sa relation de couple, il est important d’en parler également à son conjoint afin de trouver des solutions pour préserver sa vie intime. Des sexologues peuvent être de bons conseils. Les représentantes régionales EndoFrance peuvent vous orienter.

Les autres symptômes

Règles douloureuses et saignements

Infertilité

Troubles digestifs

Troubles urinaires

Fatigue Chronique

Douleurs pelviennes et lombaires

Dans tous les cas et face à la persistance des symptômes, un avis médical est indiqué. Surtout si ces symptômes sont associés à de la fièvre, ou à de fortes douleurs.

Mis à jour le Mar 26, 2020 @ 13h25

Besoin d'aide ou de plus d'informations ?

Vous souhaitez recevoir les dates des évènements dans votre région ?

Nous n'avons pas pu confirmer votre inscription.
Votre inscription est confirmée.
X
Aller au contenu principal