Skip to content

Douleurs pelviennes et Endométriose

Les douleurs pelviennes sont fréquentes lors d’une atteinte d’Endométriose

La douleur est le maître symptôme de l’endométriose. La dysménorrhée (douleurs au moment des règles) et les douleurs pelviennes chroniques sont fréquemment ressenties par les femmes atteintes d’endométriose. Ces douleurs chroniques peuvent être le signe d’une aggravation de la maladie

Extrait de Dr Alain Audebert – Endométriose, Guide pratique pour le clinicien

Les adhérences vont générer de fortes douleurs pelviennes

Outre la douleur générée par l’inflammation due aux micros hémorragies lors du cycle, la perte de mobilité des organes est source de douleur. En effet, la particularité de l’endométriose est de créer des adhérences qui vont entrainer une rétractation des tissus. De plus, le petit bassin est une zone très innervée. Dès lors on comprend qu’une lésion d’endométriose, si petite soit-elle, va générer de fortes douleurs.

A terme, les nerfs touchés, abîmés, vont envoyer continuellement leur message douloureux au cerveau

Se développe alors une mémoire de la douleur au niveau des circuits de transmission (des nerfs vers le cerveau). Si la douleur n’est pas dans la tête et qu’elle part bien du corps, le cerveau va néanmoins développer une hypersensibilité qui augmentera l’information douloureuse et la rendra toujours présente et parfois même quand toutes les lésions sont supprimées par la chirurgie.

Ainsi on ouvre le chapitre des douleurs neuropathiques, chroniques, qui nécessitent des traitements spécifiques souvent au long cours (traitement pour douleurs neuropathiques, suivi en centre anti-douleur, accompagnement par des thérapies douces telles que auto-hypnose, sophrologie, mais aussi ostéopathie ou kinésithérapie…).

La page « Vivre avec l’endométriose » vous donne quelques pistes.

A noter

D’autres pathologies que l’endométriose sont responsables de douleurs pelviennes avec des symptômes similaires à ceux de l’endométriose. C’est notamment le cas du syndrome de congestion pelvienne, du syndrome des ovaires polykystiques, du syndrome de l’intestin irritable, des fibromyalgies. Si un bilan pour endométriose est négatif malgré les symptômes (mais il faut que le bilan ait été fait par un spécialiste) il faut évoquer avec le médecin les autres pathologies possibles.

Malheureusement on constate que chez de nombreuses femmes, l’endométriose est souvent associée à une autre pathologie inflammatoire : lupus, spondylarthrite,… et très souvent, fibromyalgie.
Dans la rubrique « Les articles du Comité scientifique d’EndoFrance », retrouvez un article sur le lien entre endométriose et l’hypersensibilité généralisée qui définit la fibromyalgie.
Pour en savoir plus sur la fibromyalgie => le site de fibromyalgie-France.org (site agréé par le Ministère des solidarités et de la santé).

Les autres symptômes

Règles douloureuses et saignements

Infertilité

Troubles digestifs

Troubles urinaires

Fatigue Chronique

Dyspareunie

Dans tous les cas et face à la persistance des symptômes, un avis médical est indiqué. Surtout si ces symptômes sont associés à de la fièvre, ou à de fortes douleurs.

Mis à jour le Mar 30, 2020 @ 8h37

Besoin d'aide ou de plus d'informations ?

Vous souhaitez recevoir les dates des évènements dans votre région ?

Nous n'avons pas pu confirmer votre inscription.
Votre inscription est confirmée.
X
Aller au contenu principal