Skip to content

Lutéran / Lutényl Audition de patientes par le Comité d’experts ANSM

3 novembre 2020

Lundi 2 novembre 2020, EndoFrance a participé à la première réunion du Comité d’experts temporaire de l’Agence national de sécurité du médicaments et des produits de santé (ANSM) au sujet des médicaments Lutényl et Lutéran et du sur risque de développer un méningiome. Le Comité d’experts indépendants composé de médecins et d’acteurs associatifs (dans le domaine de l’endométriose, des fibromes utérins notamment). EndoFrance est membre de ce Comité.

Cette réunion s’est déroulée en quatre temps :

– présentation des résultats de l’étude épidémiologique concernant ces deux médicaments,
– présentation par un neurochirurgien des spécificités des méningiomes et du lien entre ceux-ci et les traitements hormonaux,
– présentation par une gynécologue des différentes indications de prescription de ces deux traitements,
– audition de 6 patientes qui ont présenté leur cas et exprimé leurs souhaits.

Les informations 
Ainsi, l’étude épidémiologique démontre qu’à partir de 6 mois de prise de ces traitements le sur risque de développer un méningiome est multiplié par 3. Sous Lutényl, après 5 ans de traitement, le sur risque est multiplié par 12,5 et sous Lutéran, après 3,5 ans de traitement, le sur risque est multiplié par 7. Le sur risque de développer ces méningiomes augmentent après 35 ans. 
Ces méningiomes sont dans la grande majorité des cas non cancéreux et leurs tailles diminuent à l’arrêt des traitements qui peuvent les avoir occasionnés. En cas de peu de symptômes le choix thérapeutique fait est généralement celui de la surveillance. 

Témoignages
Les témoignages de patientes ont permis de rappeler l’importance de l’information que les médecins doivent délivrer aux patientes. Information qui, rappelons-le, est une obligation légale. Lorsqu’ils sont prescrits dans le cadre d’une endométriose, la balance bénéfices risques semble plutôt favorable à leur utilisation. Des patientes atteintes d’endométriose prenant ces traitements ont ainsi exprimé leur souhait de voir maintenir la présence de ces traitements sur le marché, jugeant les effets secondaires plus supportables que les douleurs d’endométriose.

Dès que les conditions sanitaires le permettront, le Comité d’experts se réunira et prendra des décisions sur les recommandations de délivrance de ces médicaments.

Rappel : un méningiome est une tumeur se développant au niveau de la membrane recouvrant le cerveau : les méninges.Ces tumeurs sont le plus souvent non cancéreuses mais peuvent être à l’origine de troubles graves, pouvant nécessiter une intervention chirurgicale lourde et à risque. Un méningiome peut se développer en dehors de toute prise de médicament. On parle dans le cas présent de sur risque, car “de base”, une femme a un risque “naturel” de développer un méningiome.

La séance sera prochainement disponible sur la chaine YouTube ANSM. Plus d’informations sur lutényl / lutéran sur le site de l’ANSM .

Partager

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur email
Partager sur whatsapp

Vous souhaitez recevoir les dates des évènements dans votre région ?

Nous n'avons pas pu confirmer votre inscription.
Votre inscription est confirmée.
X
Aller au contenu principal