Comment diagnostiquer l’endométriose ?

/Comment diagnostiquer l’endométriose ?

Comment diagnostiquer l’endométriose ?

2018-09-17T14:40:03+00:0018 02 2018|

Les examens suivants sont les plus usités pour un diagnostic :

  • interrogatoire complet de la patiente sur les douleurs, leurs localisations et leur cyclicité, ainsi que sur les éventuels saignements
  • examen gynécologique (avec palper vaginal voire rectal) pour vérifier notamment la mobilité des organes et détecter les éventuels nodules (cloison recto-vaginale) ou endométriomes (kystes d’endométriose aux ovaires)
  • dosage du taux de CA 125 dans le sang (non spécifique à l’endométriose mais élevé en sa présence) NB : si ce marqueur n’est pas élevé, cela ne signifie pas forcément que vous n’avez pas d’endométriose
  • échographie endo-vaginale (= par voie vaginale) pour détecter notamment les endométriomes ovariens
  • hystérosalpingographie (HSG) pour détecter les problèmes tubaires et l’adénomyose
  • imagerie par résonance magnétique (IRM) pour détecter les lésions sous-péritonéales (les endométriomes et l’adénomyose sont également visibles)
  • coelioscopie ou laparotomie : l’analyse des lésions prélevées par chirurgie est le seul moyen fiable à 100% pour diagnostiquer l’endométriose.

Les examens radiologiques peuvent être complétés éventuellement par d’autres examens spécifiques tels que l’échographie endoscopie rectale (EER) pour préciser si la cloison recto-vaginale est envahie ou non.
NB : les examens quels qu’ils soient donnent des résultats plus parlants (excepté pour l’IRM) lorsqu’ils sont réalisés pendant ou juste avant ou après les règles.

X