Skip to content

Endométriose, vie affective et sexuelle : une enquête EndoFrance & My S Life

28 novembre 2021

Endométriose et sexualité… souvent une difficulté

On diagnostique une endométriose chez une personne sur dix avec utérus. Il y en a probablement plus que cela, en attente de diagnostic, en errance médicale. Il se passe en moyenne 7 ans entre les premiers symptômes et la prise en charge. Parmi les symptômes de l’endométriose et de l’adénomyose, sa « cousine », on retrouve la dyspareunie, la douleur pendant les rapports sexuels avec pénétration. Ces maladies et leurs conséquences ne doivent pas être considérées « taboues ». C’est pourquoi nous associer à My S Life afin de mener cette enquête était une évidence ! Des couples se brisent, mais d’autres se solidifient face à l’épreuve. L’endométriose, l’adénomyose, obligent à réinventer la sexualité pour vivre au mieux son intimité malgré la maladie.

Quelques points de l’enquête

  • Des répercussions considérables touchant différents aspects de la vie quotidienne

88 % des femmes interrogées disent souffrir de dyspareunie

  • Sexualité et prise en charge médicale

Bien que la douleur au rapport soit un des symptômes les plus courants de l’endométriose, une personne interrogée sur deux n’a pas été questionnée sur sa sexualité par son équipe soignante

« A travers cette étude, nous avons voulu mettre en lumière les difficultés que rencontrent les femmes atteintes d’endométriose dans leur vie intime et leur sexualité. C’est souvent un des aspects de la maladie qui est peu connu et qui pourtant impacte fortement la vie des femmes ». Juliette, fondatrice de My S Life.

Cette enquête donne quelques pistes pour mieux vivre sa sexualité malgré l’endométriose.

Lire l’enquête Endométriose, Vie Affective et Sexuelle

Partager

Vous souhaitez recevoir les dates des évènements dans votre région ?

Nous n'avons pas pu confirmer votre inscription.
Votre inscription est confirmée.
Aller au contenu principal