La recherche scientifique

EndoFrance a soutenu plusieurs équipes dans le montage ou la réalisation de leurs projets de recherche portant sur l’endométriose et a ainsi collaboré aux projets suivants :
 
– Endométriose héréditaire : Recherche sur le caractère héréditaire de l’endométriose avec le CHU de Montpellier. Cette étude est en cours d’analyse.
– EHP-30 : Validation du questionnaire EHP-30, portant sur la qualité de vie des femmes atteintes d’endométriose, en français. Cette étude en cours de publication a été menée par le CHU de Clermont Ferrand.
– DEVA : Mise au point de l’auto-questionnaire de diagnostic de l’Endométriose DEVA, développé avec une équipe de médecins sous la direction du Pr Fauconnier. Cette étude est terminée.
– ENDOFERT : Étude évaluant les bénéfices pour la fertilité de la chirurgie complète de l’endométriose pelvienne profonde avec atteinte colorectale suivie d’une FIV par rapport à la FIV en 1ère intention. Cette étude est en cours de recrutement au CHU de Lille.
– ENDOSTIM : Étude évaluant la faisabilité de la stimulation magnétique transcrânienne (SMT) à visée antalgique sur les douleurs chroniques réfractaires d’endométriose. La SMT haute fréquence (10 Hz) a prouvé son efficacité antalgique sur différents types de douleur notamment viscérale, c’est pourquoi elle est ici testée pour la 1ère fois, à visée antalgique dans l’endométriose. Cette étude est en cours de recrutement au CHU de Clermont Ferrand.
 
Nous avons lancé un appel à projets auprès des médecins du comité scientifique d’EndoFrance.
A ce jour, grâce à notre Marraine, nous avons participé au financement de deux projets de recherche : 
 

 – ENDOCAP  est un projet initié par l’équipe du Pr. Fauconnier et du Dr. Panel. Cette étude est menée par Stéphanie Staraci au sein du laboratoire RISCQ de l’université de médecine de Saint-Quentin en Yvelines, sous l’égide de l’Institut de Recherche en Santé de la femme, dirigé par Florence Francillon. Cette étude multicentrique vise à mesurer le degré de handicap des femmes souffrant d’endométriose. Ceci pourrait contribuer à une meilleure reconnaissance de la maladie en tant que phénomène ayant des conséquences sur le travail et la vie intime des femmes. Par ailleurs, le développement de connaissances précises sur le handicap lié à cette maladie pourrait permettre de développer des programmes de prise en charge non médicale telle que l’accompagnement, le partage d’expérience et l’éducation thérapeutique, ce que fait EndoFrance depuis 15 ans maintenant. Cette étude est en cours de recrutement aux CHI de Poissy et CH de Versailles.

– STORME est un projet initié par l’équipe du Pr. Roman au CHU de Rouen. Cette étudet randomisée comparant le taux de complications post-opératoires suite au traitement chirurgical des endométrioses profondes du haut et moyen rectum avec résection vaginale associée selon deux modalités : avec ou sans stomie. Le recrutement de cette étude commencera en novembre 2016 au sein du CHU de Rouen.

 

Un grand merci à Laëtitia qui nous aide à faire avancer la recherche !