L’IRM pelvien pour le diagnostic d’Endométriose

///L’IRM pelvien pour le diagnostic d’Endométriose
L’IRM pelvien pour le diagnostic d’Endométriose 2018-05-28T10:24:28+00:00

Ce document est la propriété d’EndoFrance, association française de lutte contre l’endométriose – tous droits réservés

 

Comment se déroule un IRM pelvien pour l’Endométriose ?

Émilie, manipulatrice en radiologie, vous livre le descriptif de l’IRM pelvien lors de la recherche d’une Endométriose

 

L’IRM pelvienne est un examen de plus en plus prescrit pour rechercher de l’endométriose, il permet de voir certaines choses mais malheureusement pas tout et le résultat dépend beaucoup de la qualité de l’examen donc le lieu et le médecin qui réalisera l’examen est très important. Les chirurgiens spécialises en endométriose ont leurs adresses.

 

En IRM on voit très bien les kystes ovariens, l’adénomyose et certains nodules s’ils sont assez gros (plus d’1 cm), on ne voit pas du tout les adhérences même si on peut les suspecter ; on pourra vérifier aussi qu’il n’y a pas de dilatation rénale lorsque l’on voit un uretère comprimé à son arrivée dans la vessie par de l’endométriose.

 

Pour cet examen il n’y a aucune préparation particulière il existe des contre indications formelles à l’IRM dont l’absence sera vérifiée lors de la prise de RDV.

L’examen n’est pas douloureux hormis la pose d’un petit cathéter dans le bras pour permettre l’injection d’un produit de contraste (le gadolinium qui ne fait pas mal ni ne chauffe lorsqu’on l’injecte) au cours de l’examen. L’utilisation d’un produit de contraste n’est pas systématique.

 

Vous devez savoir :

  • que c’est extrêmement bruyant, parfois on vous proposera un casque qui diffuse de la musique et sinon des boules de mousse à mettre dans les oreilles,
  • que l’examen est assez long (30 min voire plus en fonction de la machine),
  • que pour les claustrophobes, ce n’est pas marrant, alors si c’est votre cas prenez un petit tranquillisant avant l’examen et précisez-le à la prise de RDV et le jour de votre examen ou alors pratiquez la respiration pour vous détendre et gardez les yeux fermés en imaginant le ciel au-dessus de vous car le plafond est très proche de votre tête .

 

Dans tous les cas vous serez allongée sur une table qu’on fera entrer dans un cylindre ressemblant à un petit tunnel vous ne pourrez pas voir le plafond de la pièce (sauf sur certaines machines) vous serez installée sur le dos les bras au-dessus de la tête tout le long de l’examen.

Dans certains cas de lésions digestives au milieu de l’examen on viendra vous demander de remplir votre rectum d’eau ou de gel d’échographie à l’aide d’une grosse seringue introduite dans l’anus, ça n’est pas agréable mais ça n’est pas douloureux ceci permet de mieux voir la différence entre la paroi digestive et la paroi des autres organes pelviens.

 

Voilà ce que je peux vous dire sur l’IRM : soyez tranquille ce n’est pas méchant (je suis claustrophobe, j’en ai passé 2 et je suis encore là).

Émilie

 

X